Mémoires et autres documents

Recherche: Une intervention novatrice auprès des femmes en état d'itinérance - l'approche relationnelle de La rue des Femmes.

Rapport de recherche mars 2017

 

Le visage sans masque

La Maison Jacqueline a pour mission d’accueillir des femmes en état d’itinérance et en grande difficulté, dans un contexte d’urgence, la durée de séjour est de 72 heures.
Nous accueillons aussi les plus grandes « itinérantes », les grandes toxicomanes et celles présentant des problèmes lourd de santé mentale. Ces problématiques sont souvent en comorbidités. Ces femmes sont très méfiantes et fréquentent pas ou peu les hébergements. Nous parlons ici de femmes qui sont dans un état d’itinérance chronique (dans la rue depuis une période variant entre quatre et dix ans, voire plus), de celles qui présentent des comportements inappropriés graves et lourds, voire par moment dangereux dus à une trop grande souffrance et à une désorganisation physique et mentale.

État de situation de l'itinérance des femmes

Chaque année, La rue des Femmes tente de faire le point sur l'évolution de la situation des femmes en état d'itinérance à Montréal. Ces observations, basées sur le vécu quotidien des femmes que nous accueillons et sur leurs témoignages recueillis par les équipes d'intervention, permettent de dégager les grandes tendances d'un phénomène qui s'aggrave d'année en année.

 

 

 

Mémoires

La rue des Femmes s’engage à promouvoir et à servir la santé relationnelle afin de répondre aux besoins de personnes en état d’itinérance pour que leurs blessures soient reconnues et que des services de guérison adaptés soient mis en place. Pour ce faire, elle participe à des comités de travail et présente des mémoires lors d’études, colloques et d’audiences publiques de différentes instances, politiques et institutionnelles.

 

Autres documents

L'itinérance au féminin

Quand on observe le phénomène de l'itinérance sans y être confronté au quotidien, on a généralement l'impression que l'état d'itinérance au masculin et l'état d'itinérance au féminin se ressemblent grandement, à cela près que les hommes en situation d'itinérance semblent beaucoup plus nombreux que les femmes.

L'itinérance des femmes est plus cachée, donc moins visible.